WAAP!

« NON ! Je ne suis pas photogénique… » Excuse mille fois entendue pour échapper à un objectif devenu intrusif et oppressant. Sans même avoir vu leur « moi » capté par un photographe, le modèle d’un jour, la muse ou tout un chacun fuient devant l’œil vitreux de l’appareil photo.
La photogénie ? Pour moi, elle n’existe pas. Personne est « pas photogénique » : Il n’y a que des timides, des « pas à l’aise », des gens refusant de se livrer par crainte de la force terrible de l’appareil qui – en à peine une seconde – pourrait faire s’effondrer la solide muraille du paraître. Ou des êtres violentés par l’appareil photo brandit à bout portant, mitraillés sans relâche.
Parmi tous les gens que j’ai croisés dans ma vie, je n’en ai jamais vu de laids ni de beaux. Je ne sais voir qu’à travers ma photographie, et elle me dit que tous sont merveilleux. Et parfois, ils me racontent leur vie, partagent avec moi un bout de leur histoire. Une sorte de confession picturale qui me permet de mieux les écrire sur le papier sensible.
Le développement, chaotique, laisse des traces comme celles que la vie peut laisser sur mes modèles : douce, bouillonnante, acide ou cotonneuse.
Ces portraits n’ont pas de titre ou de légende, chacun se laissera s’imprégner de son propre ressenti pour interpréter ou imaginer l’histoire qui lui plaira.
Certaines de ces personnes se considèrent comme n’étant pas photogéniques et d’autres à l’inverse pensent qu’elles le sont.